Franck est consultant et coach en communication et marketing. Son truc à lui c’est les mots, le message à transmettre. Il baigne dans l’évènementiel depuis plus de 20 ans. Une éternité pour certains, mais pas pour Franck qui « continue d’apprendre chaque jour ». Car son milieu d’origine n’est pas l’évènementiel mais la télévision, et plus précisément les rédactions des journaux télévisés.


« Beau chemin n’est jamais long » (Proverbe provençal)

A France 2 d’abord, où il travaille sur le « conducteur » du journal, mais aussi en amont sur la trame éditoriale, les sujets à traiter, le timing des séquences…C’est ensuite i-Télé (aujourd’hui CNews) qui lui ouvre ses portes au moment de sa création. On fait appel à lui à la fois pour ses compétences éditoriales mais aussi techniques. « Il y avait tout à créer, des journaux aux outils de production. Il fallait avoir un pied dans l’éditorial, et un pied dans la technique, connaître les contraintes que tous les métiers concernés rencontraient. J’avais appris cela chez France 2. Ça a été une très belle aventure humaine ». Une fois la chaine lancée, Franck se tourne vers l’univers de la radio avec France Bleu, alors en plein restructuration de ses antennes régionales. Après cette mission, il pense avoir fait le tour de son travail. C’est alors qu’il tombe sur le site de l’ANAE (Association Nationale des Agences Évènementielles, aujourd’hui L’évènement). Après quelques recherches il se rend compte de la proximité de ses deux univers. « Je ne connaissais personne dans le milieu alors j’ai envoyé des CV. Mon profil, avec une double casquette éditoriale et technique, a intéressé plusieurs agences ». C’est ainsi que Franck intègre la grande famille de l’évènementiel. Par hasard, et par curiosité.


Les moments forts c’était…

Comme pour la télévision, il « apprend » l’évènementiel sur le tas. Et ça marche. Pendant 8 ans il travaille pour de grandes agences parisiennes avant d’être licencié suite à un rachat. Il décide alors de tenter l’aventure en free, et décroche l’inauguration du Musée du Quai Branly à Paris. Un travail de titan. « Cet événement compilait à peu près toutes les formes d’évènements possibles, de l’inauguration officielle au public – alors que le musée n’était pas encore terminé – à celle réservées aux officiels, en passant par les visites privées et les évènements organisés pour les sponsors et les entreprises. Sur la forme, on a organisé des cocktails, des réceptions, un feu d’artifice et du street marketing. La Tour Eiffel était également illuminée spécialement pour l’occasion. Il manquait juste un défilé de mode ! Tout était hors normes, la taille de l’événement, le budget mais aussi les délais à respecter.  Pour y parvenir, on a mis en place une « task force », et on a délocalisé nos bureaux sur le chantier pour gagner du temps, notamment pour la validation des films réalisés sur place. C’était vraiment énorme. »

Pour Franck, cet événement est important, et fondateur. A la fois parce qu’on n’inaugure pas un musée tous les jours, mais aussi parce que cette réussite lui donne suffisamment confiance en lui pour créer son agence évènementielle, La washing. L’aventure va durer 6 ans, avec des hauts et des bas. « Mon meilleur souvenir, c’est l’organisation de la première marche Ni pauvres ni soumis à Paris en 2008. Cette manifestation était soutenue par 94 associations nationales qui revendiquaient un revenu minimum pour les personnes handicapées, l’AAH aujourd’hui. Elle a rassemblé plus de 30 000 personnes, qui défilaient entre Opéra et République. Parmi elles plus de 10 000 personnes handicapées. Côté logistique c’était énorme, avec notamment 700 bus venus de toute la France a garer, et nous n’avions que 70 jours pour tout faire. Mais le message était important. Humainement ça a été incroyable. Il y avait 400 bénévoles pour nous aider. J’ai rencontré des gens extraordinaires, étonnants, comme cet homme qui souffrait de la maladie des os de verre avec qui j’ai passé une journée pour tester le parcours. J’ai été transporté par tous ces combattants du quotidien. C’est sans doute l’événement qui m’a le plus marqué. »

 

En 2013, après l’arrêt de La washing, Franck Etienne redevient free. Au cœur de son activité, le message, la ligne éditoriale. « C’est elle qui assure la cohérence d’un événement, à l’écrit comme à l’oral, sur le web comme lors d’une conférence, d’une exposition ou dans un film ». Alors pour accompagner ses clients lors d’évènements, Franck ne se contente pas d’écrire des discours et de les mettre en scène. Depuis quelques temps il coache également les intervenants à la prise de parole. « Un événement c’est comme une émission de télé. Il faut être entendu, être capable de faire passer un message de la façon la plus claire et la plus intelligible possible pour tous ceux qui sont dans la salle. Cela nécessite d’être proche du client et d’acquérir d’autres compétences et techniques comme la psychologie, la pédagogie ou encore la PNL. Je continue de me former ».

 

Si vous aussi vous souhaitez raconter votre histoire ou illustrer celle de vos collaborateurs, appelez-nous! On vous refait le portrait!