Comme beaucoup d’autres au début du XXème siècle, son nom est devenu une marque. Synonyme de montagne et de glisse, cela fait plus de 100 ans que Rossignol descend les pistes du monde entier, même si parfois la marque a failli en sortir.

Rossignol, tout schuss

Pour tous ceux qui ont skié au moins une fois, impossible de passer à côté de la marque Rossignol. Fabricant de skis depuis 1907, Rossignol a depuis étendu son activité à d’autres sports de glisse (snowboard, ski nordique) et fabrique aussi des vêtements et des équipements (chaussures, boards, casques, masques…).

Rossignol, pour l’amour du ski

La marque est née en 1907 à Voiron quand un menuisier, Abel Rossignol, amoureux du ski, décide de fabriquer sa première paire de skis en bois massif. A cette époque les skis, fabriqués en France depuis 1893 sont généralement en lamellé-collé dont les colles résistent difficilement à l’eau. Ceux d’Abel Rossignol sont donc beaucoup plus résistants, mais aussi plus lourds.

Dans les années 30 les premières carres en métal font leur apparition. Les skis « refendus » sont désormais formés sous presse, définissant une forme qui ne changera que peu par la suite. En 1937 Emile Allais devient Champion du monde avec ses skis « Olympique » Rossignol, un modèle en contre-collé dont la marque déposera le brevet en 1941 et qui posera la base du ski moderne. 7 ans plus tard, Henri Oreiller est le premier champion olympique médaillé d’or français avec le modèle « Olympique » de Rossignol. C’est le début du succès de la marque.

Laurent Boix-Vives rachète la marque en 1956 et souhaite la faire connaître à l’internationale. Côté technique, les skis se modernisent et le noyau de contre-collé est désormais enfermé entre deux plaques d’aluminium et de plastique sur les chants. En 1960 aux JO de Squaw Valley, Jean Vuarnet remporte la médaille d’or avec les premiers skis métalliques au monde, les « Allais 60 » de Rossignol. En 1964, Rossignol invente le premier ski en fibre de verre, le « Strato ».

Après le rachat de la marque Dynastar en 1967, Rossignol devient dans les années 70 le premier producteur mondial de skis. La marque délocalise alors la plupart de ses sites de production.Les succès sportifs s’enchainent. Aux JO de Calgary avec 6 médailles d’or sur 10 en ski alpin puis 36 médailles à Alberville puis Lillehammer.

A la fin des années 80, Rossignol se lance dans la chaussure de ski et lance une gamme de snowboards.

En 2005 le groupe Rossignol est racheté par Quicksilver pour 360 millions d’euros. Le nouveau PDG souhaite accélérer les ventes textiles. Mais les process sont lents, les vacances au ski beaucoup moins fréquentes qu’avant et la marque Salomon gagne des parts de marché. Rossignol va mal et en 2008 la marque est racheté par le consortium Chartreuse/Mont Blanc pour seulement 40 millions d’euros, beaucoup moins que les 100 millions prévus au départ.

Propriété depuis 2013 à 80% du groupe suédois Altor Equity Partners, Rossignol est toujours là. Après avoir sorti en 2015 le premier ski connecté avec PIQRossignol se tourne également vers le trail et le cycle en rachetant Time Sport et Felt Bicycles.

Rossignol incontournable sur les pistes

Au début de son aventure, Rossignol était pratiquement la seule marque sur le marché du ski en France. Elle a donc pu au cours du temps se constituer une clientèle fidèle, qui a transmis ses habitudes aux générations suivantes. Le ski étant pendant longtemps, à de rares exceptions près, la seule discipline pratiquée à la montagne – on dit bien « on va au ski » – , Rossignol n’avait pas trop de soucis à se faire. Puis sont arrivés d’autres sports de glisse, dont le snowboard, et d’autres marques…

Si la qualité des produits et l’innovation font toujours partie de L’ADN de Rossignol et restent très appréciés des consommateurs, le marché du ski est passé de 6,5 millions de paires de skis vendues par an à 4,5 millions. Investir dans une autre branche que le ski, telle que le trail, peut être un moyen pour Rossignol de conquérir une autre clientèle.

Rossignol, du sommet au bas des pistes

En 2004 Rossignol affichait un CA record de 485 millions d’euros. 10 ans plus tard celui-ci a fondu comme neige au soleil : 241 millions d’euros, sans compter les dettes. 900 000 paires de skis et 50 000 snowboards sont vendus par an. On est loin de l’euphorie du début mais Rossignol continue à posséder 15,1% de parts de marché de la chaussure alpine dans le monde. Ces clients ne sont plus majoritairement français (20%) mais européens et russes (40%). Mais depuis quelques années la classe moyenne redécouvre le ski, ainsi que la montagne l’été. Une bonne nouvelle pour Rossignol, pour ses skis comme pour ses vélos.

Fréquence de virages, angle, vitesse…Le ski connecté de Rossignol permet, via son smartphone, de tout connaître de ses descentes. Mais où est passé le planté du bâton ?