De la plage à la forêt en passant par le jardin, la botte Aigle est de toutes les ballades. Et depuis quelques années, Aigle chausse et habille aussi les citadins amoureux du Made in France et de bottes qui n’ont pas grand-chose à voir avec celles des chasseurs. Seul point commun, le caoutchouc, auquel la marque est indéniablement associée même si Aigle est également une marque de vêtements qui séduit aussi les fashionistas.

capture-decran-2016-12-08-a-14-16-18Aigle, ça nous botte

Grâce à Aigle, les bottes en caoutchouc ont pris de la couleur. Fini le kaki tristounet (sauf pour les chasseurs et les jardiniers), bonjour les fleurs, les talons et les couleurs pop. Mais si Aigle est connu dans le monde entier pour ses bottes, c’est également une marque de prêt-à-porter avec notamment des vêtements d’extérieur qui résistent à tous les temps, et au temps.

Aigle, l’histoire d’un américain dans le Loiret

fondateursL’histoire d’Aigle est d’abord celle d’une rencontre. Celle de deux américains, Charles Goodyear et Hiram Hutchinson. Le premier, né en 1800 dans le Connecticut, est une sorte de Géo Trouvetou fasciné par le caoutchouc et qui, après de multiples échecs pour mettre au point des produits à base de caoutchouc, finit par concevoir, en 1842, la vulcanisation qui permet à ce matériau de résister aux écarts de températures. Le deuxième est un entrepreneur né en 1803. Au hasard d’un voyage en France, les deux hommes se rencontrent en 1853. Sentant tout le potentiel de ce nouveau matériau, Hiram Hutchinson rachète le brevet à Charles Goodyear le 30 mai de la même année avec dans l’idée de produire des bottes, des chaussures et des sabots pour toute la population rurale de l’Europe du Nord. Pour sa production il rachète à Châlette-sur-Loing dans le Loiret une ancienne papèterie royale. En 1857, pour sa clientèle allemande, il installe sa deuxième unité de production à Mannheim et confie dans la foulée la direction à son fils Alcander. L’entreprise se nomme alors la Compagnie du Caoutchouc souple et pour faire référence à l’emblème de son pays d’origine, mentionne sur chaque boîte « A l’Aigle ». A cette époque la production atteint déjà 14 000 chaussures et autres tentes en caoutchouc. On trouve alors les produits Aigle jusqu’en Australie.

aigle-champs-elysees-devantureEn 1888 Alcander Hutchinson décède. Son neveu reprend l’entreprise pour 10 ans, puis ce sont ensuite les enfants d’Alcander. En 1898, ils revendent leurs parts à Achille Adam, Georges Lelièvre et Jacques Sée qui, pendant plusieurs générations avec leurs descendants vont continuer à diversifier Aigle.

Dans les années 50, Aigle fabrique plus de 30 000 chaussures par jour. A la fin des années 60 Aigle se délocalise…à Ingrandes pour des locaux plus grands, une ancienne base militaire US. La marque se lance alors dans la production de bottes pour les marins (celles avec les deux bandes blanches) en 1972. En 1973 Aigle crée sa botte pour l’équitation, la plus vendue au monde encore aujourd’hui.
EN 1993, la marque fait ses premiers pas au Japon et ouvre ses propres boutiques dès 1995 en intensifiant sa présence dans le prêt-à-porter et multipliant les collaborations avec de jeunes créateurs pour se moderniser (comme avec Kitsuné en 2013, Le Slip Français et Bensimon en 2016). Depuis 2003 Aigle est la propriété du groupe familial suisse Maus, également propriétaire du capital de Lacoste.

aigle-ifc-hong-kong-les-marchands-1-825x424Aigle, une botte dans l’authenticité, une botte dans l’audace

Il suffit de pousser la porte de l’une des 350 boutiques Aigle pour se rendre compte que la clientèle n’est pas seulement composée d’agriculteurs ou de cavaliers. En Asie, qui représente 45% du chiffre d’affaire de la marque (contre 37% en France), les bottes sont exposées sur des étagères, par dégradés de couleurs, comme n’importe quel accessoire de mode. C’est d’ailleurs, depuis quelques années, la nouvelle cible d’Aigle, une clientèle jeune, urbaine et branchée qui peut marcher avec classe dans la gadoue.

Mais Aigle c’est aussi, et toujours, une marque authentique, fière d’un savoir-faire français. Et si ses vêtements et les bottes enfants sont produits en Asie, toutes les bottes adultes sont fabriquées en France, à la main par quelques 200 « maîtres caoutchoutiers ». Avec Aigle le consommateur achète un savoir-faire unique, et des produits de qualité à toute épreuve à la fois « tradis » mais aussi « tendances ». 

aigle-aw14Un Aigle de retour en Amérique

En 2008 la marque a ouvert son premier magasin en Nouvelle-Ecosse, première étape pour peupler le continent de boutiques. Car si Aigle n’a plus besoin de conquérir l’Asie – qui compte à elle seule 270 boutiques – toute reste à faire au pays de l’Oncle Sam.

Si Aigle peut compter sur l’origine « américaine » de sa création pour s’implanter là-bas, elle peut également miser sur le Made In France et sur la fabrication à la main de ses fameuses bottes produites à environ 10 millions d’exemplaires par an.

Grâce à ses collaborations successives, à sa présence à de grands évènements comme l’America’s Cup ainsi que la nomination depuis 2006 de directeurs artistiques issus du milieu de la mode, Aigle a vu son chiffre d’affaire presque multiplié par 3 depuis 2006, atteignant en 2015 330 millions d’euros.

 

Contrairement à ce que tout le monde croit, l’Aigle ne glatit pas, il fait « cocorico » !