La DS, 60 bougies sous le capot.

Du Général de Gaulle à ma grand-mère, elle a séduit et marqué plus d’une génération de conducteurs (et de passagers). Confortable et racée voire avant-gardiste au moment de sa sortie en 1955, la DS de Citroën fête cette année ses 60 ans. C’est un événement que nous ne voulions pas rater en vous livrant cette belle histoire événementielle.

La DS, une soucoupe volante plus qu’une voiture

citroen-ds-01Avec ses 4,80 mètres de longueur tout en lignes, la DS de Citroën ne passe pas inaperçue. Suspension hydropneumatique, direction assistée, freins à disques à l’avant, assistance hydraulique généralisée, phares pivotants…Un concentré d’innovations technologiques qui laisse loin derrière elle toutes les autres voitures produites à cette époque telle que la Traction.

Au Salon de l’automobile de 1955 où elle est présentée pour la 1ère fois, c’est l’émeute. Si la notion de « concept-car » avait existée à cette époque, la DS l’aurait largement dépassé. En 45 minutes, 750 voitures sont vendues. A la fin de la journée, 12000 DS ont trouvé preneurs.

DS de Citroën : le fruit d’un projet commencé en 1938

citroen-ds-05Nom de code « VGD », pour Véhicule de Grande Diffusion. C’est ainsi que se nomme le projet lancé en 1938 par Pierre-Jules Boulanger, PDG de Citroën depuis 1 an, qui cherche à produire une nouvelle voiture pour succéder à la Traction. Il demande alors à André Lefèbvre, ingénieur aéronautique de formation fraîchement débarqué de chez Renault, de travailler sur le projet. Celui-ci sera accompagné de Flaminio Bertoni (sculpteur et designer italien), de Paul Magès (ingénieur hydraulicien) et de Walter Becchia (motorisation). Mais avec la 2nd Guerre Mondiale et l’occupation, le projet est mis de côté. En 1948, Citroën se concentre sur sa nouvelle voiture, la 2CV, un modèle parfait en période d’après-guerre.

Après la mort accidentelle de Boulanger en 1950, Robert Puiseux est nommé PDG. Très ouvert aux idées novatrices de Lefèbvre, il laisse à l’équipe carte blanche pour travailler à nouveau sur un VGD. Après 5 ans de recherche, la DS est née.

DS, avec un D comme Design

citroen-ds-02Encore aujourd’hui, les lignes aérodynamiques de la DS attirent le regard. Une vraie révolution visuelle qui s’étend au capot en alu, aux clignotants à la hauteur du toit (surnommés « trompettes » ou « cornet de frites » en fonction des gouts), à l’absence de calandre, au confort exceptionnel des banquettes, au tableau de bord futuriste et aux couleurs vives des modèles proposés.

La DS 19, le 1er modèle sorti, est un « orni » (objet roulant non identifié) séduisant, maniable et confortable, avec un habitacle spacieux où même les grandes jambes du Général de Gaulle peuvent facilement s’étendre à l’arrière.

Symbole français de l’industrie automobile des années 60, la DS

Avec 80 000 modèles vendus à la fin du Salon automobile de 1955, la DS sonne le glas de la Traction et marque l’histoire de l’automobile. Mais les chaînes de production Citroën ne s’attendaient pas à un tel succès. Pour satisfaire à la demande, elles devraient fournir immédiatement ce qui correspond à un carnet de commande sur 2 ans ! Pour aller plus vite et faire des économies, certaines pièces sont remplacées, causant des fuites du système hydraulique qui seront résolues en 1958.

citroen-ds-04Déclinées en plusieurs modèles y compris break et cabriolets puis équipées de moteurs plus puissants, les DS se vendent à environ 80 000 exemplaires par an dès 1960. En 1969 sort des chaines de Javel la 1 000 000 ème DS, gagnée par un étudiant lors d’un concours. Mais l’arrivée de la Citroën CX en 1974 va petit à petit condamner la DS dont la production est définitivement arrêtée en 1975, après plus de 1,4 millions de modèles vendus. Star de nombreux films dans les années 60, elle retrouve grâce aux yeux des collectionneurs dans les années 2000.

En 2009, Citroën crée l’événement en lançant une nouvelle de DS qui n’a de sa grand-mère que le nom…Mais en inaugurant en novembre 2013 son magasin « DS World » dans le 8ème arrondissement de Paris, la marque aux chevrons souhaite donner un écrin à son nouveau modèle tout en le rattachant à l’histoire de son modèle historique. Un magasin/boutique design pour réconcilier les amoureux de l’ancien et des concepts-cars.

Pour ses 60 ans, la « Déesse » comme écrivait Roland Barthes dans son essai « Mythologies », est revenue en force rouler sur le pavé parisien de sa jeunesse. Près de 600 DS ont défilé lors du « DS week » entre le Parc de Saint-Cloud et la Place de la Concorde le 24 mai dernier (http://www.lemondedelads.com/). Des expositions, des salons et différentes animations sont également prévus à travers le monde tout au long de l’année pour célébrer l’une des icones automobiles françaises.

De voiture présidentielle à ambulance en passant par corbillard, voiture de rallye ou modèle à 10 roues pour tester les pneus Michelin, la DS a occupé tous les postes avec succès. La nouvelle DS pourra-t-elle rivaliser ? C’est tout ce que l’on lui souhaite.