Pour les salariés d’une entreprise, la pause déjeuner se résume souvent à un tête à tête avec son téléphone portable ou avec les mêmes collègues jour après jour. Pas toujours très drôle. Et si la pause déjeuner était aussi l’occasion de rencontrer les collègues d’un autre service ? De créer du lien d’une autre façon ? C’est ce que propose l’application NeverEatAlone.

NeverEatAlone, une application qui porte bien son nom

NeverEatAlone-ListHuntC’est lors d’un stage au siège d’UBS à Zürich que Marie Schneegans a eu l’idée de NeverEatAlone. Elle déjeunait souvent avec les mêmes personnes et souhaitait rencontrer des employés d’autres départements. Elle a donc décidé d’envoyer des mails à d’autres salariés UBS pour pouvoir déjeuner avec eux. De cette démarche proactive est née l’idée de NeverEatAlone : simplifier la mise en relation de tous les salariés d’une entreprise.

Gratuite pour les employés, l’application est payante pour les entreprises : 5€/mois/salarié. Pas très cher pour créer du lien au sein de son entreprise. Une fois installée, il suffit au salarié de se connecter avec son mail professionnel ou son profil Linkedin. Il peut ensuite d’un simple clic de proposer à d’autres collègues une date pour déjeuner et tchatter avec eux pour convenir de l’endroit.

Connectez vos salariés avec NeverEatAlone

Pour le salarié, les avantages de NeverEatAlone sont nombreux. Rencontrer de nouvelles têtes bien sûr mais aussi découvrir de nouveaux postes, développer son réseau professionnel et pourquoi pas entamer de nouvelles relations collaboratives en montrant son engagement.

À l’heure où le bien être au travail et l’importance de tisser du lien deviennent prépondérants au sein des entreprises, NeverEatAlone apporte une solution particulièrement novatrice. Encourager et faciliter les échanges, partager les connaissances et les idées entre les collaborateurs simplement, montrer l’entreprise sous un angle digital particulièrement humain !

Avec NeverEatAlone le bien vivre ensemble passe aussi par le bien travailler ensemble. Et si cette application sortait du cadre de l’entreprise ?