Une histoire de slip au dessus de la ceinture…

Ca commence comme une blague autour d’une bière en 2011 pour aboutir aujourd’hui à une levée de fond de 2 millions d’euros et l’ouverture d’une boutique éphémère à Los Angeles. En combinant le Made in France et une communication 2.0 efficace, Le Slip Français a fait 1,5 millions de CA en 2014. Pas mal pour un slip cocorico…

Et si on vendait un slip Made In France ?

le-slip-francais-1En 2011, Guillaume Gibault, jeune diplômé d’HEC, décide de vendre des slips. Alors que le boxer semble avoir pris le dessus dans les dressings masculins, celui-ci croit au bon vieux slip kangourou Made in France et mise sur une communication décalée en utilisant la puissance virale des réseaux sociaux pour vendre. Il achète alors un stock de 600 slips dans une usine de Dordogne qu’il ramène dans le coffre d’une Picasso rouge louée pour l’occasion. L’image du Slip Français (à grand renfort de bleu blanc rouge), le site, la page Facebook dédiée à la marque… Guillaume Gibault choisi de se passer des réseaux traditionnels de vente. En 3 semaines, tous les slips sont vendus.

Avec 9 ateliers en France qui produisent et assemblent les pièces, une boutique à Paris, de nombreuses collaborations avec d’autres marques (Agnès b, Princesse Tam Tam, Vuarnet, Saint James, Aigle…) et un objectif de 3 millions d’euros en 2015, Le Slip Français n’a toujours pas craqué. Après plusieurs campagnes de crowdfunding réussies, Le Slip Français se porte bien. 80% de ses ventes sont réalisées via internet. Aujourd’hui les filles le portent et il s’exporte.

Du slip aux espadrilles, le pari du Slip Français

Estafette-slipAvec un slogan comme « Vous voulez changer le monde ? Commencez par changer de slip ! », un « slip  truck » dans la mouvance des « foods trucks » qui va parcourir les plages de France cet été, un modèle de slip « qui sent bon quand on marche » (fini le « pue du slip » !) ou encore les aventures de Francis en slip à travers le monde que l’on peut suivre sur Facebook, on peut dire que Le Slip Français a considérablement dépoussiéré l’image ringarde du slip de papa.

Désormais on peut exhiber fièrement la cocarde tricolore de son slip, de son boxer (car oui il existe encore des réfractaires au slip), de ses chaussettes ou de son sweat car la marque s’est diversifiée. Du maillot de bain au sac de sport en passant par les espadrilles, on est fier du Slip Français. Y compris les femmes pour qui il existe une collection de culottes, versions féminines taille basse du modèle kangourou.

Si le prix des slips est un peu plus élevé que la moyenne (comptez de 26 à 35 euros à l’unité), cela ne dissuade pas pour autant les acheteurs (et acheteuses), accros de la mode ou non, attachés au « fabriqué avec amour » en France et réceptifs à une communication décalée qui préfère l’humour au glamour.

Vous voulez changer les choses ? Alors commencez d’abord par changer de slip !