Remontons dans le temps et retrouvons nous à l’époque des Romains à l’an 0.

Un temps où les courses hippiques battaient leur plein, où rois et empereurs inauguraient des hippodromes géants, où l’on rend hommage à l’Amérique en créant son Grand Prix Hippique, bref un temps qui a donné naissance à la plus grande course hippique du monde. Alors bienvenue dans la culture de l’événement et découvrons l’histoire du Grand Prix d’Amérique.

On connaît tous les courses de char dans le Circus Maximus de Rome, il y a 2000 ans, premières courses hippiques organisées que l’hippodrome de Constantinople continua jusqu’en 1204.

Au Moyen-Age, les courses de chevaux existent aussi comme celles que nous voyons aujourd’hui encore, chaque été à Sienne : le Palio.

Les Grandes Réceptions et les Ambassades du 17ème siècle organisent des courses hippiques devant Louis XIV et Charles II d’Angleterre, puis, apparaît le premier hippodrome français dans la plaine des Sablons à Neuilly en 1776 et, en 1780, est créé celui de Vincennes.

Dès le règne de Louis-Philippe, le nouvel hippodrome de Chantilly reçoit le Prix du Jockey-Club en 1836 et celui de Diane en 1843.

Au début du règne de Napoléon III, la France dispose d’un ensemble de 51 hippodromes et l’empereur inaugure le nouveau champ de courses de Vincennes, en 1863, sur le plateau de Gravelle.

Aujourd’hui, la France détient le record mondial de 251 hippodromes.

En attendant, c’est bien sûr à celui de Vincennes que s’organise pour la première fois en 1920, le Grand Prix d’Amérique, afin d’honorer l’engagement des États-Unis d’Amérique dans la Première Guerre Mondiale.

Épreuve reine du trot attelé, le Grand Prix d’Amérique est l’événement hippique de l’année. Chaque dernier dimanche de janvier s’organise la plus grande course de trot au monde réunissant les 18 meilleurs cracks mondiaux sur une distance de 2700 mètres.

La vitesse moyenne des chevaux étant de 50km/h, le record à battre de Royal Dream en 2013 était de : 1’11’ ‘9 ! C’est désormais Bold Eagle le « recordhorse » du monde puisqu’il a fait, le 29 janvier dernier, un temps record de 1’11’ ‘2.

Cette réunion spectaculaire accueille 40000 spectateurs parieurs et elle est, aussi, la course la plus jouée en France collectant 40 millions d’euros. Ces parieurs sont surnommés turfistes, de l’anglais turf, qui signifie tourbe. Et la tourbe est étendue sur le champ de courses où l’on pratique les premières course hippiques en Angleterre. Ainsi, les turfistes sont les amateurs de la tourbe …

Donc, nous avons la course de chevaux la plus jouée mais aussi, la plus suivie dans le monde car le Grand Prix d’Amérique reçoit 500 journalistes accrédités qui apportent leurs commentaires à la course. De plus, le Grand Prix est retransmis dans 35 pays sur 4 continents, le Grand Prix d’Amérique est devenu un événement mondial.

Vous l’aurez compris, le Grand Prix d’Amérique est l’évènement hippique mondial de l’année, la course à ne pas louper. On se retrouve le mois prochain pour une nouvelle découverte et d’ici là : tous en selle !