Cette fable est dédiée à tous les trop nombreux managers qui pensent que « Top-manager »se décline exclusivement au masculin.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point
Le bourrin et la morue en sont un témoignage.

Gageons dit la morue que vous n’attendrez point
Sitôt que moi le poste de DG – Sitôt ? Êtes vous sage ?
Repartit bruyamment le bourrin
Ma chère, regardez la liste
De tous ces écueils machistes.

J’en connais les dangers encourus
Ainsi fut fait : et pour tous les deux,
On mit dans leur plan de carrière les enjeux
Une échéance fut donnée pour le poste convoité
Sans autre juge que leur manière d’avancer

Notre bourrin n’avait que le classique à faire
J’entends de ceux qu’il fait lorsque prêt d’être atteint
Il sélectionne avec soin ses rencarts, dénigre le quotidien
Et fréquente avec appétit les arcanes des pouvoirs

Ayant, dis je du temps d’avance pour ne point choir
Je me forme, je voyage, je veux tout voir

Emprunt de certitude, il laisse dame Morue
Aller son train de sénateur
Elle progresse, elle s’évertue
Elle se hâte avec ardeur

Lui, certain de sa pleine et proche victoire
Tient la gageure à peu de gloire
Croit qu’il y va de son honneur
De partir tard. Il fanfaronne à haute dose
Et s’amuse à toute autre chose.

Au cours d’une classique EAD quand il vit
Que l’autre effleurait le DG de ses ongles vernis
Il partit comme Usain* : mais les intrigues de potes
Furent vaines : Dame Morue était en poste

Et bien lui cria t’elle : n’avais je pas raison ?
A quoi vous sert votre force de bourrin ?
Moi l’emporter ! Et que serait-ce mon malin
Si vous aviez quelque enfants à la maison !

Laissez de la place aux morues !

eric-livre

Pour acheter le bouquin, c’est ici et ici aussi.

Les explications de l’auteur en vidéo, c’est .