Le volcazine > MARQUES > Opinel, l’événement qui tient dans la poche
MARQUES

Opinel, l’événement qui tient dans la poche

Ce contenu peut vous inspirer ?
Découvrez notre offre

volcabox
Je découvre

125 ans et toujours à l’affut !

Du petit atelier savoyard aux mains des grands chefs en passant par celles des randonneurs, pêcheurs et des cuisinières, l’Opinel a fait du chemin. En 125 ans d’existence, ce couteau de poche ne s’est pas émoussé au point de devenir un nom commun (dixit Larousse).

La star des canifs, l’Opinel

opinel1Un manche en hêtre, une lame Yatagan (inspirée d’un sabre turc), une virole fixe, un rivet et une bague de sécurité. Tels sont les éléments qui composent le plus célèbre des couteaux pliables français, l’Opinel. Surnommé le « French Knife » par les américains – belle consécration après le « French Kiss » – il se décline depuis sa création en plusieurs tailles afin de s’adapter à toutes les mains. A chaque modèle correspond un numéro, lui-même correspondant à une longueur de lame. Si le n°8 est le plus vendu, il a depuis plusieurs années été rejoint par de nombreux autres modèles spécifiques adaptés à toutes sortes d’activités, de la cuisine au bricolage en passant par les couteaux pour enfants, les couteaux de table effilés ou encore les couteaux à manche en corne luxueux.

Derrière l’Opinel, la famille Opinel

Comme la poubelle (merci Eugène), l’Opinel porte le nom de son inventeur, Joseph Opinel. Issu d’une famille de taillandiers, Joseph se passionne pour les nouvelles techniques et les machines. C’est en conjuguant cette passion et son travail du métal qu’il invente en 1890 son premier couteau de poche. D’abord utilisé par ses amis, le couteau remporte vite un petit succès chez les paysans locaux de Gévoudaz en vallée de Maurienne où se trouve l’atelier familial. Dès 1897, pour adapter son couteau à tous, il décline son couteau en 12 tailles. Devant le succès de son couteau, Joseph Opinel décide de déposer sa 1ère marque de coutellerie. Ornée d’une main à 3 doigts levés (emblème de Saint Jean-Baptiste dont les reliques se trouvent à Saint-Jean-de-Maurienne et qui baptisa le Christ avec 3 doigts levés) et d’une couronne (symbole du duché de Savoie), celle-ci portera simplement son nom, Opinel.

opinel2Après avoir obtenu une médaille d’or à l’exposition internationale de Turin en 1911, le couteau s’exporte en Suisse et en Italie. Pour répondre à la demande, la fabrication est « délocalisée » à Chambéry dans de nouveaux locaux plus modernes. Les enfants de Joseph, puis les petits enfants, travaillent dans l’entreprise familiale. En 1955, Marcel Opinel invente le Virobloc, la petite bague de sécurité qui permet, dans un premier temps, de bloquer la lame en position ouverte. Il faudra attendre les années 90 pour que cette invention soit améliorée et bloque également la lame en position fermée.

Depuis le décès de Joseph Opinel en 1960, l’entreprise est toujours restée familiale et ancrée dans sa région. Un nouveau déménagement à Chambéry a permis à l’usine de s’agrandir. Dès 1985, l’Opinel est consacré au Victoria and Albert Museum à Londres comme l’un des 100 objets les mieux dessinés au monde, à côté de la montre Rolex, des lunettes Ray-Ban ou de la Porsche 911…

Montre moi ton Opinel je te dirai qui tu es

Contrairement au non moins célèbre couteau suisse inventé la même année et destiné à l’armée suisse, l’Opinel s’adresse à tout le monde. Pratique, léger et robuste, telles sont les premières qualités d’un Opinel qui ont d’abord séduit les paysans et les pécheurs avant de conquérir le sac à dos des alpinistes, les sacs des marins ou des randonneurs. Mais grâce à la diversification des modèles, d’abord pour la cuisine, le petit couteau s’est émancipé. D’abord dans les mains de la ménagère puis celle des chefs.

Toujours fabriqués et assemblés de la même façon, les Opinel sont aujourd’hui adoptés par les petits grâce à un modèle à bout rond, les plus grands qui aiment les modèles aux couleurs vives, les jardiniers sans oublier ceux pour qui posséder un Opinel est une tradition familiale et qui apprécient le Made in France.

S’adapter à la demande et à l’évolution des modes de vie des consommateurs sans dénaturer ses origines n’est pas chose facile. Mais Opinel y est parvenu. Site internet où chacun peut raconter un souvenir avec son Opinel, boutique en ligne, forum de passionnés, réseaux sociaux…la marque a également su se faire une place sur la toile. Et pour fêter son 125ème anniversaire, Opinel lance un concours de design pour habiller son manche, un excellent moyen de personnaliser son couteau préféré.

L’Opinel, symbole d’un art de vivre à la Française

opinel3L’usine Opinel de Chambéry fabrique aujourd’hui entre 4,5 et 5 millions de couteaux par an dont environ 50% part à l’exportation. Depuis sa création, plus de 210 millions d’exemplaires ont été vendus (environ 1 couteau toutes les 6 secondes). En 2013, le Musée Opinel ouvre ses portes dans l’ancien atelier du frère de Joseph, à Saint-Jean-de-Maurienne. Des origines du couteau au développement commercial de la marque en passant par les étapes de la fabrication, les amoureux de l’Opinel peuvent y découvrir gratuitement l’histoire du célèbre couteau français et du savoir-faire de la famille Opinel à qui un livre est (enfin) consacré.

Renaud chantait l’Opinel dans Laisse béton, Eric Tabarly ne prenait jamais la mer sans lui.

Et vous, quelle est votre histoire avec l’Opinel ?