Le volcazine > MARQUES > L’œuf Kinder : une belle surprise qui vaut de l’or
MARQUES

L’œuf Kinder : une belle surprise qui vaut de l’or

Ce contenu peut vous inspirer ?
Découvrez notre offre

volcabox
Je découvre

À l’approche de Pâques, impossible de ne pas le voir car il est partout. Petit (6,5 cm de haut) mais costaud, l’œuf Kinder occupe largement les rayons des grandes surfaces et détrône les cloches et les poules en chocolat grâce à son argument de choc : du chocolat oui, mais avec une surprise en plus.

La Grande Idée : Le premier œuf 2 en 1

kinder-surpriseUne coque en chocolat – au lait à l’extérieur et une couche de chocolat blanc à l’intérieur – qui renferme une capsule jaune à l’intérieur de laquelle se trouve un petit jouet. Voilà à quoi ressemble un oeuf Kinder. Si la fabrication de la coque chocolatée n’a rien de compliqué, il n’en est pas de même pour celle de la surprise.

Sur le terrain, dans le sud de l’Allemagne et en Italie, les laboratoires de création et de confection des jouets occupent près de 60 personnes. De l’ingénieur en mécanique au titulaire d’une maitrise en astronomie, en passant par l’expert en miniaturisation, chacun d’eux prend très au sérieux la fabrication de la petite voiture à propulsion élasticale ou de la figurine Shrek articulée pendant qu’un dessinateur travaille sur la décoration autocollante d’une fusée. Au final il faut compter 3 ans pour passer de la création à la commercialisation d’un œuf Kinder.

De l’œuf ou de la surprise, qui est apparu en premier ?

L’histoire débute en 1974 en Italie. Michele Ferrero, fondateur de l’entreprise de confiserie du même nom (et créateur du Nutella) fabrique, comme le veut la tradition italienne, des œufs en chocolat pour Pâques. Des œufs qui s’accompagnent souvent de petits cadeaux que l’on offre en plus. Pour éviter que son usine ne tourne que quelques semaines par an, Michele Ferrero décide de s’inspirer de cette tradition en fabricant un œuf à l’intérieur duquel se trouvera un petit jouet.

C’est sur le marché allemand (d’où le nom « Kinder » qui signifie enfant) que l’œuf Kinder est lancé pour la première fois, permettant ainsi à chaque Kinder de pouvoir profiter de ce petit plaisir toute l’année. Une année plus tard, l’œuf débarque sur le marché français et rencontre immédiatement le succès auprès du public. Malgré les réticences de quelques commerciaux de l’entreprise de l’époque, l’œuf, d’abord distribué chez des grossistes, s’arrache, obligeant certains à venir s’approvisionner directement dans les entrepôts pour faire face aux ruptures de stock chez les petits commerçants.

L’œuf crée l’évènement en partant à la conquête des enfants, des grands…et des collectionneurs

0402-kinder-surprise-03Le mariage de l’œuf en chocolat et de la surprise est un excellent outil marketing car il répond simultanément aux notions de plaisir et de récompense. Et si les enfants aiment surtout monter les petits jouets – avec parfois l’aide d’un adulte car le montage n’est pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît, merci messieurs les ingénieurs – les adultes, et plus particulièrement les collectionneurs voient surtout dans l’oeuf Kinder une occasion d’agrandir leurs collections de figurines. Car ce qui les intéresse le plus n’est pas la qualité gustative du chocolat, même si celle-ci reste unique, mais bien la surprise à l’intérieur. Pages Facebook, sites internet dédiés aux figurines et triées par numéros de séries, enchères sur Ebay, vidéos sur Youtube, comptes Instagram avec photos de collections, sites de fans ou encore forums d’échange…l’œuf Kinder n’est plus seulement une friandise. Le contenu est devenu plus important que le contenant.

Avec près de 140 nouvelles surprises par an, la Kindermania n’est pas prête de s’arrêter. A chaque sortie de dessin animé Disney ou Dreamworks correspond en général une série de figurines Kinder. Madagascar, Shrek, L’âge de glace… Mais attention, il n’y a pas pour autant des figurines dans chaque oeuf. Il faut souvent acheter plusieurs œufs avant de pouvoir obtenir la série complète, tout comme il faut acheter beaucoup de vignettes Panini afin de compléter son album. Ils sont malins chez Kinder…

La poule aux œufs d’or

112 millions d’œufs Kinder vendus en France en 2014 et plus de 30 milliards dans le monde depuis sa création en 1974. Des chiffres qui donnent le tournis si l’on tient compte du fait que l’œuf est interdit de séjour aux Etats-Unis. En cause, une loi de Washington de 1938 qui interdit de vendre une sucrerie contenant un jouet afin d’éviter qu’un enfant ne s’étouffe avec. Malgré les nombreuses pétitions, il reste interdit d’apporter un œuf Kinder à votre cousin américain sous peine de se voir infliger une amende de 300 $ pour contrebande.

Restons optimistes, car si le génois Christophe Colomb a expliqué sa surprenante découverte de l’Amérique avec un œuf, gageons que les Italiens de chez Ferrero sauront eux aussi conquérir cette part du monde qui leur échappe.

Ce serait finalement une bonne surprise pour tous et pas seulement pour les Kinder… !