Le volcazine > MARQUES > L’événement chez les collectionneurs : Panini
MARQUES

L’événement chez les collectionneurs : Panini

Ce contenu peut vous inspirer ?
Découvrez notre offre

volcabox
Je découvre

Panini_Group_logoPanini et ses albums. A la seule évocation de ce nom, tous ceux qui sont nés au début des années 70 retombent en enfance et se revoient ouvrir avec excitation la fameuse pochette renfermant les autocollants. Depuis 55 ans, ni le rituel ni l’émotion n’ont changé. Et même si l’entreprise Panini s’est considérablement développée, elle reste incontournable pour tous les amateurs de foot de 7 à 77 ans.

Albums Panini, une idée de génie

Panini est une maison d’édition italienne qui édite de nombreux magazines jeunesse et des bandes dessinées sous licence. Mais ce qui l’a rend, encore aujourd’hui, célèbre dans de nombreux pays à travers le monde ce sont ses albums d’images autocollantes. Si le foot est encore aujourd’hui le thème favori des albums Panini, de nombreux héros de dessins animés Disney, de films Marvel et autres sont venus agrandir la famille. Mais le concept, lui, n’a pas changé : un album avec des cases vides et numérotées qu’il faut remplir avec des vignettes autocollantes (vendues dans des pochettes de 5) achetées en maison de la presse, grands surfaces ou désormais sur le net. Le but est simple : compléter tout l’album. 

Dans la famille Panini je demande les frères

Michel PLATINI Old school Panini Mexico 1986L’histoire commence au début des années 60, à Modène en Italie. La famille Panini, composée de 4 frères, est plutôt modeste. La mère, Olga, tient un kiosque à journaux. En 1960, Giuseppe et Benito ont une idée. Ils récupèrent un lot de vieilles cartes invendues des éditions Nannina qu’ils placent dans des chocolats, puis dans les journaux vendus par leur mère. Le succès immédiat dépasse vite le cadre de la ville. Giuseppe décide alors de donner à ces cartes une existence à part entière et d’en faire un objet fétiche à collectionner dans un album. Le foot étant une institution en Italie, c’est tout naturellement sur ce thème que le premier est édité en 1961. Baptisé « Calciatori » en hommage au Calcio, le championnat italien, les vignettes encore en carton doivent y être collées avec un tube de colle. Cette année là, 3 millions de vignettes sont vendues, puis 15 millions et 29 millions les années suivantes.

Les 2 autres frères, Franco et Benito, rejoignent alors l’aventure Panini. Le premier est chargé de l’administration, et le deuxième s’occupe de la distribution. Si Giuseppe est le plus imaginatif, Umberto révolutionne Panini dans les années 70 en inventant la « Fifimatic », une machine qui conditionne les vignettes devenues autocollantes en 1967 et les met dans une pochette fermée. Si le nombre d’images par pochette peut être programmé, le choix des vignettes, lui, reste le fruit du hasard.

Après avoir été rachetée par le Groupe Maxwell en 1988, la société Panini redevient italienne en 1999. Au fil des années elle a établi de nombreuses filiales à travers le monde et reste leader mondial dans le secteur des images autocollantes et des cartes à collectionner.

Du footballeur aux enfants, tout le monde est content

10424744615_3cfffa65dc_bComme toute collection, on devient vite accro, et Panini l’a bien compris en exploitant des thèmes populaires et porteurs comme le football. Si sa cible privilégiée reste les 6-12 ans, les adultes ne sont pas en reste, y compris de nombreux footballeurs qui ont déjà témoigné de leur fierté à se retrouver épinglés dans les désormais célèbres albums.

Et pour élargir sa cible, Panini a diversifié et féminisé ses thèmes avec les personnages des dessins animés Disney par exemple dont la société possède la licence d’exploitation. A l’heure des tablettes, Panini résiste bien et les enfants restent séduits par la pochette de stickers, et la magie au moment de l’ouverture et de découvrir si oui ou non ils ont enfin la vignette 152 qui leur manque pour terminer la page.

Mais réussir à compléter l’album reste le Graal suprême. Un chercheur anglais a calculé récemment que pour remplir l’album Panini de l’Euro 2016 avec ces quelques 680 vignettes, un acheteur devrait en moyenne acheter 747 paquets, soit 473 euros. Un tarif dégressif si bien sur celui-ci pratique l’échange, ou s’il trouve son image manquante en vente sur le site Panini…Les plus accros pourront même télécharger l’application Panini Collectors pour gérer et trier leurs stickers, et bien sur en acheter. Mais quand on collectionne on ne compte pas, n’est-ce-pas ?

Panini, una storia important

Avec près de 1000 salariés répartis dans les différentes filiales, l’entreprise Panini se porte bien, particulièrement en Europe et en Amérique Latine. Environ 1 milliard de pochettes sont vendues par an, avec des records de vente lors d’évènements sportifs importants comme sans doute l’Euro cette année.

En 2014, le chiffre d’affaires était de 751 millions d’euros. Un chiffre qui ne devrait pas baisser, la passion du foot et les dessins animés n’étant pas prête de disparaître.

Pas besoin de suivre l’Euro 2016 à la télé, c’est Panini qui va gagner !